Le plan énergétique de l’Ontario laisse à désirer

Apr 10th, 2018 10:26 AM

Le Plan ne fournit pas le chemin à emprunter pour passer des combustibles fossiles aux sources d’énergie sobres en carbone

Toronto, le 10 avril 2018. - Le Plan énergétique à long terme du gouvernement de l’Ontario ignore sa propre Loi sur le climat, comme l’indique Faire passer le courant : Tout sur l’électricité en Ontario, un nouveau rapport de Dianne Saxe, commissaire à l’environnement de l’Ontario. La Loi sur le climat nécessite des Ontariens qu’ils réduisent les émissions de gaz à effet de serre issues des combustibles fossiles, tels que l’essence, le gaz naturel et le mazout, d’ici 2030, mais la province ne planifie pas la façon d’y arriver.

« La Loi sur le climat signifie que les Ontariens doivent être préparés à réduire leurs émissions issues des combustibles fossiles de 40 à 50 % au cours des treize prochaines années », a affirmé Mme Saxe. « Il faudra donc économiser l’énergie davantage et remplacer une partie de notre consommation de combustibles fossiles par de l'électricité, par exemple pour conduire nos voitures et camions alimentés à l’essence et chauffer nos maisons et entreprises. » Le réseau d’électricité ontarien produit très peu d’émissions depuis la fermeture des centrales au charbon.

Le ministère de l’Énergie produit le Plan énergétique à long terme pour détailler les futurs besoins énergétiques de l’Ontario. Ce document guide les décisions gouvernementales en ce qui concerne les investissements à faire pour répondre à ces besoins. L’actuel Plan énergétique à long terme prédit toutefois que la demande d’électricité demeurera relativement stable; il ne reconnaît pas la nécessité de la transition sobre en carbone et ne planifie rien à cet effet. En plus de passer des combustibles fossiles à l’électricité, le réseau d’électricité dans son ensemble doit améliorer son efficacité énergétique et les Ontariens doivent en faire davantage pour économiser l’énergie.

Mme Saxe reconnaît le rôle du gouvernement dans la dépollution de l'air et du réseau d’électricité ontarien lorsqu'il a fermé les centrales au charbon. En 2017, grâce au remplacement des centrales au charbon par des ressources d’électricité sobre en carbone, comme l’hydroélectricité, le solaire, l’éolien et le nucléaire, 96 % du réseau d’électricité était zéro-émission. Mme Saxe a fait remarquer que le coût de dépollution du réseau a causé une augmentation des factures d’électricité, mais le jeu en aura valu la chandelle.

« L’électricité était peu coûteuse, mais elle venait avec un très haut coût sur les plans de l’environnement et de la santé », a-t-elle ajouté. En 2005, le réseau avait non seulement de la difficulté à répondre à la demande de pointe, mais il était également une source majeure d’émissions de gaz à effet de serre, de pollution atmosphérique et de smog.

« Les personnes qui souffrent d’asthme et d’autres atteintes respiratoires éprouvaient des difficultés en raison de la mauvaise qualité de l’air. Il n’y a aucun doute que notre réseau d’électricité était un facteur de contribution majeur de la mauvaise qualité de l’air et des coûts importants qui en découlent pour le système de santé. »

Le rapport Faire passer le courant : Tout sur l’électricité en Ontario peut être téléchargé à eco.on.ca/fr/reports/2018-making-connections/.
-30-


Pour obtenir des renseignements supplémentaires ou une entrevue, veuillez communiquer avec :
Ann Lehman-Allison
Cadre supérieure, Communications et Relations externes
416-325-0142
media@eco.on.ca

Also available in English

La commissaire à l’environnement de l’Ontario est une agente indépendante de l’Assemblée législative de l’Ontario qui fait rapport sur les progrès gouvernementaux en matière de protection de l’environnement, de changement climatique et d’économie d’énergie. La CEO agit comme agent de garde provincial en matière d’environnement et elle se veut la protectrice des droits environnementaux des Ontariens.

Fiche d’information
Faire passer le courant : Tout sur l’électricité en Ontario


Plan énergétique à long terme
Le Plan énergétique à long terme de 2017 est la feuille de route de l’Ontario pour le secteur de l’énergie. Le Plan souligne les futurs besoins de la province en énergie et la façon dont le gouvernement investira pour y répondre. Le Plan de 2017 est le plan énergétique sur 20 ans de l’Ontario. Ce plan avance l’idée que la demande d’électricité demeurera stable durant les 20 prochaines années. Cette supposition n’est pas cohérente avec la Loi sur le climat.

Le réseau d’électricité ontarien
Le réseau d’électricité répond à environ 20 % des besoins énergétiques de l’Ontario. La quasi-totalité des 80 % restant est comblée par les combustibles fossiles. L’énergie générée par les combustibles fossiles en Ontario engendre des émissions de gaz à effet de serre et de la pollution atmosphérique; 96 % du réseau d’électricité ontarien n’a engendré quant à lui aucune émission en 2017. Le réseau d’électricité se compose de l’énergie nucléaire, hydroélectrique (eau), éolienne (vent) et solaire (soleil) en plus de la production au gaz naturel.

La production d’électricité renouvelable et l’économie d’énergie comblent désormais la majeure partie des besoins en électricité auxquels le charbon répondait auparavant. La remise à neuf de centrales nucléaires et les nouvelles centrales au gaz naturel ont également augmenté la capacité et la fiabilité du réseau.

L’Ontario est seulement en surplus d’électricité en période de faible demande, généralement pendant la nuit et les fins de semaine du printemps et de l’automne. L’économie d’énergie a fait réduire la consommation d’électricité de l’Ontario. La province vend les surplus à un bas tarif pour éviter que l’électricité propre ne soit gaspillée et pour faire diminuer le montant de la facture des abonnés. On s’attend à ce que les surplus diminuent au cours des quelques prochaines années.

Globalement, le réseau d’électricité de l’Ontario coûte environ 21 milliards de dollars chaque année, en hausse par rapport à 15 milliards de dollars en 2005.

Les coûts supplémentaires servent surtout à l’augmentation de la capacité de production d’électricité afin que le réseau soit plus fiable; le réseau est en mesure de répondre à la demande lors des périodes de pointe des plus chaudes journées estivales. Un réseau propre et peu polluant apporte aussi des bienfaits à la santé humaine et réduit les coûts de soins de santé grâce à l’amélioration de la qualité de l’air.

Loi de 2016 sur l’atténuation du changement climatique et une économie sobre en carbone
La Loi sur le climat de l’Ontario fixe un plafond annuel d’émissions de gaz à effet de serre issues de l'utilisation de combustibles fossiles. Le plafond s’abaissera chaque année.

Les émetteurs, y compris les entreprises qui vendent des combustibles fossiles aux Ontariens, sont tenus d’acheter des droits d’émission pour couvrir leur volume d’émissions. Ces entreprises devront de compte refiler le coût des droits à ceux qui achètent les combustibles fossiles pour leur consommation. À mesure que le plafond s’abaissera, l’offre de droits d’émission deviendra de plus en plus limitée entraînant leur coût à la hausse.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le programme de plafonnement et d’échange de l’Ontario, consulter la fiche d’information sur le programme de plafonnement et d’échange (en anglais seulement).

Les émissions de l’Ontario
En 1990, le secteur ontarien de l’industrie était responsable de plus du tiers des émissions de la province, lui qui générait 67 des 181 mégatonnes (Mt) de pollution carbonique. Le secteur des transports en produisait 48 Mt; le secteur des édifices, 28 Mt, principalement pour le chauffage; et le réseau d’électricité, 26 Mt.

Les choses ont bien changé depuis. En 2015, le secteur ontarien de l’industrie a généré 48 Mt d’émissions, soit une diminution de 28 %. Le réseau d’électricité a aussi réduit sa contribution, passant de 26 à 5 Mt* d’émissions, soit une chute de 80 % due principalement à l’élimination de la production d’électricité au charbon.

Cependant, tout n’est pas rose. Pour la même période, les émissions du secteur des transports ont augmenté, passant de 41 à 55 Mt, soit une hausse de 34 %. Le transport de marchandises à lui seul a plus que doublé ses émissions. Quant au secteur des édifices, il a lui aussi augmenté ses émissions, passant de 28 à 37 Mt, soit une hausse de 32 %.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les émissions de l’Ontario en 2015, voir Loi sur le climat de l’Ontario : Du plan aux progrès.

L’avenir du secteur ontarien de l’énergie
Même si le réseau d’électricité est désormais sobre en carbone, le secteur ontarien de l’énergie dans son ensemble ne l’est pas tout autant. En 2016, l’Ontario a généré 126 Mt de pollution carbonique par la consommation de combustibles fossiles à des fins énergétiques, ce qui représente plus de 75 % des émissions totales de gaz à effet de serre de la province. Le plafond d’émission de 2030 signifie que les émissions de combustibles fossiles devront être réduites de près de la moitié dans les 13 prochaines années.

Les Ontariens doivent porter attention aux secteurs où la consommation de combustibles fossiles a augmenté, en l’occurrence le secteur des transports et le chauffage des édifices, pour trouver des moyens de réduire leurs émissions. Comme le réseau d’électricité ontarien ne génère presque pas d’émissions, l’économie d’énergie ainsi que l’électrification des transports et du chauffage des édifices pourraient engendrer une importante réduction des émissions de gaz à effet de serre en plus d’améliorer davantage la qualité de l’air.

Les Ontariens seront encouragés à économiser l’électricité, mais la province pourrait avoir besoin de 33 % de plus en électricité sobre en carbone pour répondre à la majeure partie de la demande nécessaire pour le transport et le chauffage. Le Plan énergétique à long terme doit réfléchir à la possibilité que la demande d’électricité augmente et aux ressources qui pourront y répondre afin de veiller à ce que l’Ontario respecte son plafond d’émission et ses engagements en matière de changement climatique.

*Remarque : Il y a de légères différences dans les données sur les émissions en raison d’incohérences entre les collectes de données de diverses sources.

Faire passer le courant : Tout sur l’électricité en Ontario
Table des matières

Le passage à un réseau d’électricité sobre en carbone en Ontario
1. Quels sujets sont abordés dans le rapport?
2. Comment l’Ontario prend-elle ses décisions sur ses ressources d’électricité?
3. Comment la demande en électricité de l’Ontario a-t-elle changé et pourquoi?
4. Quelle est la provenance de l’électricité de l’Ontario? Le profil d’approvisionnement a-t-il changé?

Les répercussions sur le réseau d’électricité
5. Le réseau d’électricité de l’Ontario a-t-il une meilleure fiabilité et une meilleure capacité à répondre à la demande de pointe?
6. Comment gère-t-on les problèmes liés aux variations de la production d’électricité éolienne et solaire en Ontario?
7. Pourquoi l’Ontario exporte et limite autant sa production d’électricité?

Les répercussions sur les prix de l’électricité
8. À quel point le prix de l’électricité en Ontario est-il élevé?
9. Que paie la hausse des coûts de l'électricité?

Les répercussions sur l’environnement
10. Quelles sont les répercussions environnementales des sources d’électricité de l’Ontario?
11. Dans quelle mesure l’élimination progressive du charbon, l’électricité renouvelable et l’économie d’énergie ont-elles contribué à la réduction des émissions de gaz à effet de serre?
12. À quel point la fermeture des centrales au charbon a-t-elle réduit la pollution en Ontario?

L’avenir du réseau d’électricité ontarien
13. Que propose le Plan énergétique à long terme de 2017 pour l’avenir de l’électricité en Ontario?
14.Quelles sont les conséquences de l’engagement du Plan énergétique à long terme envers l’énergie nucléaire?
15.Quelle proportion du système d'énergie ontarien doit être électrifiée pour que l’Ontario puisse respecter ses limites juridiques d’émission de gaz à effet de serre?
16.Comment la province de l’Ontario peut-elle profiter pleinement de l’électricité propre en période creuse et éviter le gaspillage de cette énergie?
17.Quelles seront les répercussions du remaniement du marché de l’électricité de l’Ontario sur le coût et les émissions de gaz à effet de serre du réseau d’électricité?
18.Quelles seront les répercussions de la facturation nette sur l’avenir de l’électricité renouvelable en Ontario?
19.Quelle est la valeur de l’économie d’énergie?